Michel Terrefond :  » On a posé des jalons pour Paris 2024 « 

Michel Terrefond dresse un bilan très positif de l’Euro de rugby-fauteuil, du 22 au 26 février à la Halle Carpentier à Paris, le premier organisé en France. Le directeur sportif du rugby-fauteuil de la Fédération Française Handisport se réjouit du titre historique décroché samedi par les Français devenus champions d’Europe. 

Michel Terrefond, on vous imagine comblé de bonheur par ce titre européen ?
Michel Terrefond : C’est merveilleux en effet. Extraordinaire même. On a gagné cette finale contre les champions paralympiques anglais avec la manière. Nous avons toujours été devant. On a su les étouffer très vite. Ça ouvre de très belles perspectives pour la suite. On a posé des jalons pour Paris 2024.

Quelle image forte retiendrez-vous de cet Euro ?
M. T : La finale et cette incapacité des Britanniques à trouver des solutions contre nous. Ils ont changé de lignes, essayés de nous perturber, mais rien n’y a fait. Je retiens aussi la solidarité, le sérieux et l’implication de tout le collectif France. C’était indispensable pour réaliser cet exploit historique pour le rugby -fauteuil tricolore et décrocher ce titre.   

Ce titre européen peut-il être le déclic attendu de la France souvent pas loin jusqu’ici ?
M. T : Oui. Ça démontre que nous sommes capables d’aller au bout, que la Grande-Bretagne, comme toute équipe, n’est pas infaillible. 

Quels enseignements tirez-vous pour les Bleus de cet Euro ?
M. T : Le collectif vie très bien. Tout le monde s’entend bien. Les joueurs se parlent entre eux. Je trouve un état d’esprit encore meilleur qu’avant. Sur le terrain, il y a davantage de sérénité. Est-ce le nouveau staff ou aussi une maturité plus grande du collectif qui n’a pas changé ? Il y a sans doute un peu de tout.  


La compétition en images

© L. Bagnis / D. Echelard

Les rotations des lignes mises en place par le staff y contribuent certainement ? 
M. T : Faire tourner les lignes permet de concerner tout le monde et de souder un groupe. Tous échangent lors des réunions tactiques parce que tout le collectif se sent concerné et est impliqué. J’ai observé aussi une grande application des consignes données le matin, lors des réunions tactiques durant les matches. Ce fut juste un peu moins vrai en demi-finale parce que les joueurs ont sur, par un début de match tonitruant, se rendre la partie plus facile qu’attendue. L’équipe s’est peut-être un peu relâchée et projetée sur la finale.     

Quel regard portez-vous sur le fonctionnement du staff avec trois entraîneurs ?  
M. T :  La solution est bonne actuellement. Elle permet de ne pas faire porter les responsabilités sur une seule personne. Il y a davantage d’échanges, les décisions peuvent changer grâce à ces discussions. Je pense que c’est bien. C’est tout récent, ils vont sans doute encore faire évoluer leur manière de manager. Peut-être qu’un d’entre eux prendra place dans les tribunes comme on peut le voir dans d’autres sports.   

Comment a évolué l’échiquier européen ?
M. T :  Il n’y a pas eu de surprise, mais le niveau global est meilleur. L’Allemagne est bien remontée. Les Russes, promus en Europe A, ont livré un bel Euro. Quant à la Suisse, elle s’est faite piéger par la classification d’un joueur qui change toute la donne.

À (re)voir, les replays des matchs

« On est entré dans une autre ère »

Comment avez-vous vécu cette première organisation de championnat majeur ?
M. T : C’est top, même les Anglais ont été conquis. On sent une vraie professionnalisation. Il y a une superbe ambiance. L’organisation a marqué des points. La salle, les animations entre les quarts temps sur quelques matchs sont très appréciées. Les gens adhèrent à l’idée de payer leurs places et on est à plus de mille personnes par jour en moyenne. Et samedi, pour la finale, ce fut vraiment magique. Il y a eu du monde et une ambiance exceptionnelle… Pourtant, on craignait que le match du XV de France, en Écosse, nous fasse un peu de tort. On est entré dans une autre ère. Pour une première, c’est réussi.

Les animations et les différentes sensibilisations au handicap ont-elles été un succès ?
M. T :  Oui. CAP SAAA a mis à disposition des fauteuils play moovin. Ce sont des fauteuils multisports, moulés qui permettent aux enfants de s’essayer en toute sécurité. Les partenaires et les collectivités ont également été partie prenante. 

Rédaction : J. Soyer